L’aide à domicile pour les personnes âgées, des métiers d’avenir.

« Aider les autres, c‘est mon métier », c’est le thème de la campagne d’information lancée en février 2017 par le ministère des Affaires sociales et de la Santé. Cette campagne vise à promouvoir et à valoriser les métiers de l’aide à domicile auprès des personnes âgées. Secteur en pleine dynamique, il offre une très grande variété de métiers de proximité, valorisants et qualifiants.

Un secteur qui recrute
300000 emplois nouveaux à pourvoir d’ici 2030… Avec les effets conjoints du vieillissement de la population (la France comptera près de 20 millions de personnes âgées en 2030 contre 15 millions aujourd’hui) et des nombreux départs à la retraite de professionnels exerçant ce métier aujourd’hui, le secteur de l’aide à domicile est un secteur d’avenir. Non seulement les métiers de l’aide à domicile sont des métiers de proximité mais 80% des postes à pourvoir sont des CDI.
Quels sont les recruteurs ? Les associations, les entreprises, les communes et les personnes âgées elles-mêmes sont les principaux employeurs d’aides à domicile.

Une diversité de métiers, au service des autres
L’aide à domicile recouvre une diversité de métiers. Ils ont tous comme points communs d’agir au plus près des personnes âgées, de rompre leur isolement et de recréer du lien social entre les générations. Par exemple, le professionnel peut accompagner la personne âgée dans ses sorties, l’aider à la réalisation des tâches de la vie courante, l’aider à l’entretien du logement, la réconforter par une présence quotidienne rassurante et bienveillante. Ce sont des métiers de contact et de relations humaines.

Un métier ouvert à toutes à toute
Aucun diplôme n’est exigé, mais la professionnalisation est en cours. Des formations qualifiantes existent. L’entrée dans la formation d’Accompagnant éducatif et social est soumise à deux épreuves, écrites et orales : une épreuve écrite composée d’un questionnaire de 10 questions sur l’actualité sociale et une épreuve orale qui permettra de mesurer les motivations des candidats. Ces épreuves sont organisées par les établissements de formation.
Plusieurs sources de financement sont possibles (Conseil régional, Pôle emploi, Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation, Organisme paritaire collecteur agréé, Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie …). La formation dure de 9 à 24 mois et contient un socle commun et 3 spécialités.

Faites le savoir !
Le Ministère des Affaires Sociales a mis en place un espace dédié pour tous ses partenaires. En quelques clics, des outils de communication sont téléchargeables simplement : une affiche, une brochure d’information, des bannières web.

Julien, aide à domicile: « Actuellement, je m’occupe de deux personnes âgées. Le matin je suis aux côtés de Mario qui a 78 ans. Je l’aide à se lever, à faire sa toilette et je lui prépare son déjeuner. Je passe du temps avec lui avant d’aller m’occuper de Madeleine, une dame de 85 ans. Je l’accompagne faire ses courses et je l’aide à ranger ses affaires. Être auprès d’eux au quotidien et s’assurer de leur bien-être me rend fier d’exercer le métier d’aide à domicile. »

Vivre avec la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique dégénérative, les neurones dopaminergiques situés dans la substance noire du cerveau sont touchés, ils dégénèrent et disparaissent progressivement.

Les traitements actuels permettent de contrôler les symptômes moteurs liés à la maladie, ils sont par contre sans effet sur les autres signes et sur la progression de la maladie.

Les chercheurs développent des stratégies visant à enrayer cette progression et à repérer les patients à risque afin de leur administrer dès que possible ce type de traitement.

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France, après la maladie d’Alzheimer. Elle constitue une cause majeure de handicap chez le sujet âgé.

Très rare avant 45 ans, elle concerne 1 % des plus de 65 ans et possède un pic autour de 70 ans. Il y a environ en France 8 000 nouveaux cas qui se déclarent chaque année et plus de 100 000 personnes touchées par la maladie (INSERM).

Le premier critère pour poser le diagnostic est la présence de deux au moins des trois symptômes majeurs de la maladie :

  • lenteur dans les mouvements, difficulté à les initier
  • rigidité, tension excessive des muscles
  • tremblement aux repos (main, poignet..)

À ce jour, les causes de la maladie restent inconnues.

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont droit, du fait de leur handicap, à certaines aides financières:

En savoir plus

 Delphine Pinet, gérante de SENOLIA

Le sport sur ordonnance !

A partir de demain, mercredi 1er mars, les médecins pourront prescrire de l’activité physique à leurs patients souffrant d’une affection longue durée.

Pour prescrire ces activités physiques, le médecin devra remplir un formulaire dédié. Il évaluera tout d’abord l’état de santé de ses patients afin de les orienter vers les acteurs identifiés par le décret : kinésithérapeutes, éducateurs sportifs, psychométriciens ou ergothérapeutes.

Plus de 10 millions de Français sont concernés par l’une des 30 maladies répertoriées (diabète, VIH, maladie de Parkinson, cancer, etc…). Les troubles psychiatriques prolongés, comme la dépression, sont également concernés. Attention, le décret ne concerne que les affections de longue durée.

Si tous se félicitent de la reconnaissance de cette thérapeutique dont l’efficacité n’est plus à prouver, aucun financement n’est à ce jour garanti, celui-ci dépend du bon vouloir des collectivités territoriales et des mutuelles. Ces activités physiques ne seront pas prises en charge par l’assurance-maladie.

Les instructions ministérielles devraient favoriser le déploiement de moyens au niveau régional, des arbitrages sont toujours en cours.

Delphine Pinet, gérante de SENOLIA

En savoir plus

La fin de vie : rédiger ses directives anticipées et désigner sa personne de confiance

Peu de personnes sont informées de la possibilité qui leur est offerte de rédiger leurs directives anticipées et de désigner une personne de confiance.

La fin de vie peut arriver brutalement, après un accident, ou survenir suite à une maladie grave. Il est souvent difficile d’envisager cette situation à l’avance, mais il est important d’y penser quand on a encore la capacité d’exprimer sa volonté.

Rédiger vos directives anticipées permet d’indiquer si vous souhaitez poursuivre, limiter, arrêter ou refuser les traitements ou les actes médicaux, les professionnels de santé ont l’obligation de s’y conformer. Cette rédaction peut être l’occasion d’un dialogue constructif et apaisant avec vos proches.

La personne de confiance quant à elle peut vous accompagner dans vos démarches liées à votre santé, elle peut recevoir l’information médicale à votre place et être votre porte-parole si nécessaire. Désigner une personne de confiance revient à passer par « sa voix » afin de transmettre aux équipes médicales vos décisions concernant votre fin de vie.

Il est important d’informer votre famille, vos proches ainsi que votre médecin traitant de l’existence de ces documents et du lieu où ils sont conservés.

Il ne vous reste plus qu’à prendre votre stylo !

Delphine Pinet, gérante de SENOLIA

Emploi à domicile : le crédit d’impôt devient universel

Désormais, les retraités et les personnes handicapées non imposables bénéficieront du crédit d’impôt. Ils recevront de l’argent de l’administration fiscale. Au total, 1,3 million de ménages supplémentaires devraient en bénéficier. Plus de la moitié de ces personnes ont plus de 80 ans.

→ Lire la suite sur : http://www.dossierfamilial.com/argent/impots/emploi-domicile-le-credit-d-impot-devient-universel-84497

Senolia aide les personnes dépendantes à domicile

Delphine Pinet a travaillé en tant qu’éducatrice spécialisée en pédopsychiatrie, puis au sein d’une crèche. Forte de cette expérience, elle a créé son entreprise, Senolia, qui propose des prestations d’aide à domicile sur mesure, assurées par des auxiliaires de vie diplômés et/ou expérimentés dans l’ensemble du pays de Rennes et la grande couronne.

« Chacun aspire à rester chez soi le plus longtemps possible. C’est pourquoi notre souci constant est d’être un soutien moral au quotidien. Nous mettons tout en oeuvre pour préserver l’autonomie des personnes dépendantes. »

 

→ Lire la suite sur : http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/senolia-aide-les-personnes-dependantes-domicile-4709250

La valorisation des auxiliaires de vie : une réponse aux enjeux du vieillissement

Le métier d’auxiliaire de vie auprès des personnes âgées et des personnes handicapées est celui qui va créer le plus d’emplois dans les prochaines années. C’est un beau métier qu’il faut valoriser et professionnaliser.
→ Lire la suite sur : http://www.journaldunet.com/economie/expert/65306/la-valorisation-des-auxiliaires-de-vie—une-reponse-aux-enjeux-du-vieillissement.shtml